Faire du RGPD (Règlement Général sur la Protection des Données) une opportunité pour établir une relation de confiance avec vos contacts

cycle-de-protection-des-donnees-rgpd

« Redonner aux citoyens le contrôle de leurs données personnelles tout en simplifiant l’environnement réglementaire des entreprises », tel est l’esprit du RGPD.
Pour que vous soyez en conformité avec les nouvelles règles applicables à compter du 25 mai 2018, INDUS MD vous dit tout sur le RGPD et les formalités qui vous incombent...

TOUT SAVOIR SUR LE RGPD

QUOI ?

Le RGPD, une nouvelle étape dans la protection des données

Le RGPD est une nouvelle législation, européenne, qui remplacera la loi “Informatique et Libertés” en vigueur en France depuis le 6 janvier 1978 (!)

QUI ?

À l’attention des organisations qui traitent des données personnelles

Toutes les opérations (par exemple de marketing direct numérique) qui portent sur des informations permettant d’identifier directement ou indirectement une personne physique sont concernées : nom, prénom, numéro de téléphone, adresse email, adresse IP...

POURQUOI ?

Pour offrir plus de contrôle et de transparence entre utilisateurs et consommateurs

Le RGPD vise l’harmonisation et le renforcement des droits de protection des données personnelles, là où des pratiques ont pu s’installer qui ont rompu la confiance dans l’économie numérique.

 

COMMENT ?

En garantissant et en prouvant à tout moment la conformité et la sécurisation du traitement des données
Les entreprises doivent être en mesure de justifier la mise en place de bonnes pratiques en matière de manipulation des données personnelles, de leur collecte, à leur destruction en passant par leur stockage, leur utilisation et leur partage.

AVEC QUI ?

Grâce au choix de prestataires de marketing direct eux-mêmes en conformité

Pour vos opérations de marketing direct numérique, il ne vous suffit pas d’être vous-même en conformité avec le RGPD : votre prestataire doit lui aussi répondre aux exigences de la nouvelle réglementation.

SINON ?

Sous peine de sanctions graduées mais renforcées par rapport à la loi Informatique et Libertés
Selon la catégorie de l’infraction, les sanctions peuvent s’échelonner de l’avertissement à une forte amende (jusqu’à 20 millions d’euros pour les PME et organismes publics, voire 4% du CA pour les grandes entreprises), en passant par une mise ne demeure ou la suspension des flux de données hors UE.